Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Montée du Mont Thou

Publié 8 Décembre 2012 par Tom in trail

Montée du Mont Thou

Ca y est, voilà venue l'heure de mettre un terme à cette belle saison 2012. Et quelle meilleure façon que de terminer par une petite course à l'ambiance bon enfant à crapahuter dans la neige et la boue? En ce 8 décembre, jour de la fête des lumières, me voilà parti célébrer l'évènement à la lueur de ma frontale! En avant vers le Mont Thou, marrons et vin chaud à l'arrivée!

Au niveau du profil c'est simple: ca grimpe! Environ 15% de moyenne, ca va piquer les cuisses!

Au niveau du profil c'est simple: ca grimpe! Environ 15% de moyenne, ca va piquer les cuisses!

Déjà, le trajet en voiture est épique avec mes chauffeurs de luxe du jour, Vincent et Cécile: tout le monde est stressé car on est à la bourre, la voiture n'a plus d'essence et le trafic est tout sauf fluide. Ambiance... Finalement nous arriverons miraculeusement à bon port, à l'heure et le réservoir plein!

Après avoir passé nos habits de lumières et récupéré nos dossards nous partons nous échauffer et repérer le terrain pendant que la petite famille de Vincent, de son côté, lance les hostilités sur le stand de vin et de marrons chauds. Il faudrait peut-être que je revois ma liste des priorités...

De notre côté nous finissons par découvrir ce qui nous attend: après un petit passage à plat dans une ruelle de St Romain, joliment bordée de lumignons, nous remontons en direction du terrain de foot que nous traversons toujours entourée de lumignons avant d'attaquer les choses sérieuses: LE mur, raide et plein de boue. Mes chaussures n'ont aucune adhérence, j'essaie de m'aider de mes bâtons pour surmonter l'obstacle mais au sommet je glisse et me retrouve au point de départ... Finalement je prends modèle sur Vincent et m'agrippe à la corde à notre disposition pour atteindre le sommet de la bosse. La suite est tout aussi spongieuse mais nettement moins verticale, ça semble faisable, à condition de ne pas laisser une chaussure dans la boue... Après être redescendus tant bien que mal nous voilà fins prêts à prendre le départ!

Montée du Mont Thou

Les départs sont échelonnés de 30s, Vincent doit partir 4 minutes avant moi. Après avoir regardé le départ de Catherine Dubois (ca ne rigole pas!), je retourne trottiner 5 minutes pour ne pas trop me refroidir puis je file m'installer dans le sas de départ en attendant mon tour. Je regarde autour de moi et force est de constater que pour une fois, personne ne semble être venu ici par hasard. Moi qui venais juste pour m'amuser, je risque de me prendre une bonne déculottée... Tant pis, l'important c'est les marrons à l'arrivée!

Ca y est, c'est mon tour! Je me place sur la ligne, prêt à souffrir et... Top! C'est parti pour 400m de D+! Je démarre tranquillement sur la portion plane (erreur de débutant, j'aurais dû partir à fond les ballons!) puis me voilà face à la grosse difficulté. Ni une ni deux je me jette sur la corde et me hisse à la force des bras, puis attrape mes bâtons, c'est parti pour la montée! Ca grimpe déjà assez fort et ça glisse beaucoup, je suis plutôt content d'avoir pris mes bâtons! J'ai l'impression de ne pas avancer, je jette un œil en arrière mais personne ne semble me rattraper. Personne devant non plus ceci dit... Bon, faudrait peut-être commencer à se presser! Je mets la machine en route et me lance droit dans la pente, toujours entouré de ces fameux lumignons. Décidément, chapeau aux organisateurs!

Ca grimpe dur, le cœur monte dans les tours mais j'aperçois une lueur juste devant mois. Non, pas une! Trois! Je profite d'une portion assez raide pour dépasser et je relance quand le pourcentage se calme. Au bout de la ligne droite j'entends un chien aboyer, mon amour des cabots me ralentis: j'espère que celui-ci ne va pas me prendre en chasse... Remarque j'arriverais rapidement au sommet comme ça... Fausse alerte, c'était le chien d'un bénévole, ouf! Ça remonte, je patine toujours autant dans la boue mais j'arrive à me stabiliser grâce aux bâtons. Je maudis au passage ma paire de Raven qui a perdu la majorité des crampons de l'avant du pied droit... Encore une lumière devant moi, je ne dois pas être si lent que ça! Le sentier est plus roulant à présent, j'en profite pour courir à une bonne allure.

Petite vue de St Romain le matin (celle avec la neige) Sinon c'est le Mont Thou en temps normal
Petite vue de St Romain le matin (celle avec la neige) Sinon c'est le Mont Thou en temps normal

Petite vue de St Romain le matin (celle avec la neige) Sinon c'est le Mont Thou en temps normal

Au détour d'un virage voilà un photographe. N'ayant pas vu ma tête sur le site de l'organisation, j'en déduis que la qualité de la photo n'était pas terrible. Certainement pas la faute du modèle qui devait sourire comme une fleur... Ca grimpe toujours, et je n'ai aucune idée de ce qu'il me reste à faire, je sens juste que le cœur tambourine et que je commence à baver. Je reprends encore un coureur qui semble au plus mal: le voilà adossé à un arbre! J'en dépasse un autre, lui est nettement plus fringuant.

Voilà que je traverse une route, à présent il me semble connaitre le parcours. J'étais passé par là avec Yann lors d'une sortie longue fin septembre. Dans mon souvenir la montée est moins rude mais je sais que je n'ai pas fini de souffrir... Je regarde rapidement ma montre pour me situer: un peu plus de 15 minutes, je devrais bientôt arriver! Et... voilà la neige! A présent le chemin se limite à une ornière boueuse à souhait, bien encadrée par 15cm de neige, et toujours les traditionnels lumignons. Ça glisse de plus en plus et j'ai du mal à utiliser mes bâtons, je commence à exploser, plus dans la tête que dans les jambes et j'alterne marche et course jusqu'à ce que je sorte de la forêt.

Ca y est, j'ai le sommet en ligne de mire! Par contre, pour encore corser l'affaire, la neige est au rendez-vous! Deux coureurs sont dans mon viseur une cinquantaine de mètres devant moi, je m'accroche malgré les jambes qui chauffent et mon cœur qui semble prêt à éclater. Je commence à baver comme un chien enragé et les bâtons m'empêchent de m'essuyer, j'espère ne pas tomber sur un paparazzi à l'arrivée! Un dernier petit raidillon et ça y est, me voilà au sommet accueilli par Vincent, Cécile et Xavier qui a fait le déplacement. Ouf! Je suis explosé! 22'21", pas mal, Vincent est 15s derrière, il a carburé lui aussi!

Une petite soupe bien chaude (quel bonheur), des vêtements chauds et nous voilà repartis pour la descente en récupération. Dans ce sens ça va quand même nettement mieux! Même le chemin du retour a été fléché, quelle orga! Plus qu'à redescendre et profiter de ces marrons bien mérités!

Finalement, malgré le plateau relevé, l'honneur est sauf: 25ème sur 97, Vincent se classe 29ème. Ca y est, me voilà en vacances jusqu'à noël!

Commenter cet article