Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un Tour en Terre du Jura - La récup

Publié 16 Juillet 2013 par Thomas Diconne in trail, ultra, montagne

Un Tour en Terre du Jura - La récup

Ca y est, me voilà arrivé à Mijoux pour un peu de repos pas volé après 7h10 d'effort. Je suis bluffé par mon temps, je ne m'attendais pas à sortir une telle course! 6ème de la course que je prépare de puis le début d'année, trop fort! Je reste scotché à côté du speaker, l'air hagard, à essayer de réaliser ce que je viens de faire. Pour le moment le cerveau est déconnecté, je vais plutôt aller manger un bout au ravitaillement histoire de me remettre en selle après ce superbe début de journée.

Finalement ma nemesis de fin de parcours en termine à son tour, une grosse minute derrière moi. Dans la précipitation du moment je ne l'avais pas tellement regardé, seules les manches vertes de son tshirt m'avaient sautées aux yeux. Une fois n'est pas coutume c'est un jeunot qui m'a tenu la dragée haute, Nicolas, un gars super sympa avec qui je discute quelques minutes et qui est, comme tout le monde depuis ce matin, intrigué par mes bâtons. Il retrouve une connaissance à lui, j'en profite pour me diriger vers le parc où nous attendent les bénévoles.

Certes les jambes sont dans un piètre état mais j'ai maintenant 17h devant moi pour me retaper, le soleil brille, nous sommes dans un petit parc ou l'air est relativement frais, je repère un petit coin à l'ombre pour la suite: l'après midi s'annonce sous les meilleurs hospices! Fort de mes expériences dans les Cévennes et à Bernex je sais ce que je dois faire pour repartir demain: manger tout ce que mon estomac demandera, m'hydrater et dormir autant que possible... Mais d'abord place à l'alimentation si je veux être capable de repartir demain...

Les enfants situés derrière le stand se bagarrent pour me servir à boire: ne vous en faites pas, j'ai tellement soif qu'il y en aura pour tout le monde! J'avale quelques morceaux de bleu, des tucs, et quelques poignées de raisins secs. Je sens que le cerveau commence à reconnecter, le speaker annonce que les masseurs prendront leur office à partir de 15h: j'ai le temps d'aller prendre une douche en attendant.

Après m'être un peu renseigné il semblerait que le bivouac soit... en haut du village! Oui oui, il va falloir remonter... Je prend mon courage à deux mains pour attaquer la dernière ascension de la journée, 30m de dénivelé dans l'herbe, l'effort est terrible! Je parviens finalement à la Bussode, une dame m'indique la salle où sont rangés les sacs. Naturellement, mon petit sac noir est bien camouflé et je met un temps fou à le repérer... Nous y voilà, je n'ai plus qu'à trouver ma chambre, poser mes bagages et filer à la douche. Le bâtiment est désert, personne n'est encore arrivé, je trouve ma chambre "Crêt au merle", chaque chambre porte le nom d'un des lieux que nous allons traverser, l'idée est sympa! Je prend le temps de choisir mon lit, de préférence vers la fenêtre et de ranger mes affaires de course avant d'aller me décrasser, non pas que je sois boueux mais presque... L'eau est bien chaude, un vrai bonheur! Me voilà tout propre, bien détendu et pas peu fier de mon exploit du jour. Déjà les muscles semblent plus alertes, finalement je pourrais peut-être repartir demain pour essayer de défendre ma place. En attendant deux choses m'occupent l'esprit: me remplir l'estomac et rendre une petite visite aux masseuses dont je rêve depuis Roche Blanche.

Un Tour en Terre du Jura - La récup
Un Tour en Terre du Jura - La récup

Il me reste un peu de temps avant 15h, je range vite mes affaires et me prépare un sac à dos pour l'après midi: ordi, bouquin, gâteaux secs et portefeuille, me voilà paré! Je saute dans mes claquettes et redescend sur Mijoux, priorité numéro une: manger! Après avoir tenté l'épicerie qui n'ouvre pas avant 15h je me rappelle avoir repéré un panneau "Snack" en passant, j'ai eu du mal à comprendre comment franchir un barbelé sur la fin de parcours, en revanche pour chercher à manger le cerveau s'est remis en marche au quart de tour, surprenant... Le serveur me propose un jambon beurre, devant mon air peu emballé (et prêt à lui bouffer le bras?) il me propose de me préparer quelque chose de plus consistant: salade, bleu de Gex et jambon de pays. Banco!

14h50, je fais ripaille en prenant la direction de la mairie reconvertie pour l'occasion en salon de massage, les kinés ne sont pas encore installés, j'en profite pour dévorer, confortablement installé pendant que ceux-ci s'installent. Sangé louche sur mon festin et me demande où je l'ai trouvé. Une kiné vient me chercher alors que je viens de terminer mon petit en-cas, c'est mon jour de chance je tombe sur la plus mignonne du lot. Me voilà en caleçon sur la table de massage, les yeux fermés, en train de me faire détendre l'ischio qui a crampé plus tôt dans la journée. Le sommeil est tout proche, je suis au paradis! Nous papotons un peu mais ma léthargie actuelle ne me rends pas bien causant. Vingt minutes plus tard me revoilà sur pied, les jambes comme neuves, prêt à repartir à St Claude! Mais d'abord je vais faire un détour par le café du coin où je commande un perrier bien frais. Je discute avec les gens attablés et leur parle de ma course pendant que je consulte les classements sur internet. La 5ème place va être compliquée à aller chercher, j'ai 15 minutes de retard, la 6ème se jouera également de haute lutte: il n'y a que 15 minutes d'écart entre moi et le 10ème (Lucas Humbert en l’occurrence...). Objectif de demain: essayer de rester dans le top 10!

Me voilà bien rafraîchi, prochaine étape l'épicerie! J'ai repéré un panneau parlant de tartelettes à la myrtille qui ne m'a pas laissé indifférent... Arrivé sur place je m'achète une grande bouteille d'eau fraîche histoire de bien me réhydrater pendant l'après midi. Énorme désillusion lorsque j'apprend que toutes les tartelettes ont été vendues, je me rabats sur une paire de lunettes à la myrtille. La solution de secours ne s'annonce pas si mal... A présent direction le parc d'arrivée pour déguster mon dessert et m'accorder une petite sieste torse nu à l'ombre d'un arbre. Je me demande si j'ai jamais été aussi bien: l'herbe est fraîche, le soleil chauffe l'air à la bonne température, les jambes ont cessé de me tirer, cette petite sieste est un vrai bonheur! Je me réveille alors que ma montre a terminé de se recharger, j'en profite pour regarder mes mails, SMS et messages Facebook: tout le monde s'est déchaîné! J'ai le sourire jusqu'aux oreilles en découvrant toutes ces petites attentions, merci à tous! Je commence à me sentir bien et le moral pour la journée qui s'annonce est bon, je dis à Olivier que je me sens capable d'accrocher le top 10 au général, celui-ci en bon prof de math qu'il est me parie 10-x bières, x étant mon classement à l'arrivée. En revanche si je ne suis pas dans les clous, à moi de payer ma tournée! Bref, si je veux boire un coup il ne me faut pas terminer 10ème... J'en profite pour essayer d'appeler Yann mais celui-ci ne répond pas, dommage, j'aurais bien aimé avoir quelques informations supplémentaires sur la journée de demain...

Les coureurs continuent à arriver alors je commence à me sentir reposé. Je continue mon après-midi farniente en attaquant un bouquin avant d'aller voir le podium puis de remonter jusqu'à ma chambre. Je fais un arrêt en route pour tremper mes pieds douloureux dans un ruisseau glacé. Il est bientôt l'heure d'aller manger, je fais un détour par ma chambre pour préparer mes affaires du lendemain, refaire le plein de mon kamelbak et étudier un peu le profil de la seconde étape. J'ai bien fait mes devoirs avant de venir: j'ai repris le parcours mis à disposition sur le site de la course pour le reporter sur une carte IGN afin d'obtenir toutes les altitudes, les emplacements des ravitaillements et de repérer les passages difficiles. La stratégie a bien fonctionné aujourd'hui, j'était parvenu à mémoriser tout ce dont j'avais besoin, il ne reste plus qu'à faire de même pour demain.

Un Tour en Terre du Jura - La récup

Me voilà pile à l'heure pour la pasta party, il n'y a pas encore foule, pas besoin de faire la queue! Le menu est à nouveau copieux ce soir: crudités, semoule de couscous accompagnée de quelques morceaux de beau, morbiers et tarte aux pommes. Je mange en discutant avec deux coureurs de la journée de demain puis file bouquiner dans l'herbe en mangeant quelques gâteaux secs. J'ai beau avoir cassé la croûte tout l'après midi je ne me sens toujours pas rassasié... A 20h30 je me décide à remonter dans ma chambre pour me mettre au chaud. Les autres coureurs de la chambrée sont enfin arrivés, nous discutons du parcours de la journée, de nos états respectifs et de nos sensations pour demain. Personne n'a l'air très chaud pour repartir pour le moment, les traits sont tirés. Une nuit de sommeil ne sera pas un luxe...

Un Tour en Terre du Jura - La récup

Mon téléphone se met à sonner: c'est Yann! Je vais dans le couloir pour ne pas déranger mes compagnons de chambrée qui roupillent déjà: il est 20h40! Ce dernier me félicite pour ma grosse perf du jour, venant de lui je trouve ça assez énorme. Je lui explique brièvement comment s'est déroulé l'étape du jour, apparemment je suis passé exactement dans les mêmes temps que lui aux points de contrôles. Me voilà pas peu fier de moi! Après ce petit débrief nous faisons le point sur mon état: je suis un peu déboîté mais je ne suis vraisemblablement pas le seul. Demain il faudra partir tranquillement histoire de faire chauffer les muscles, ensuite on avisera. L'étape qui vient n'est pas la même que l'année passée. Nous attaquons par les crêtes des Monts Jura avant de repiquer sur l'itinéraire habituel, le Crêt au merle puis celui de Chalam. Enfin une longue descente nous conduira à Saint Claude, entrecoupée de quelques petites bosses afin de nous achever. Yann me conseille de grimper mollo, de profiter des crêtes pour courir un peu mais de m'économiser dans la descente afin de garder des cuisses pour les dernières ascensions. Une fois arrivé à Lélex mes jambes devraient prendre naturellement un bon rythme pour profiter des 4 à 5 Km assez plats. L'heure d'attaquer les hostilités viendra au pied de Chalam, la montée est technique et assez rigoureuse d'après lui. Enfin il ne me restera plus qu'à courir dans les 25 kilomètres de descente jusqu'à Saint-Claude, ma vitesse assez élevée pour un coureur de trail devrait me permettre d'être serein sur cette portion. Après quelques derniers encouragements bienvenus et ma promesse de terminer 6ème au scratch ainsi qu'au général afin de le venger (Yann termine 6ème au scratch chaque jour mais 7ème au général) je file me mettre au lit avec mon fidèle bouquin. Alors que je ferme les yeux le spectacle de danse orientale débute dehors, je l'avais oublié celui-là! Tant-pis, le sommeil est une denrée rare en ce moment et j'aurais besoin de toutes mes forces demain...

Commenter cet article